Le SPM, syndrome prémenstruel et solution innovante

 

Le SPM ou syndrome prémenstruel est un état qui affecte de nombreuses femmes. Ces dérèglements peuvent notamment survenir lors de grands changements hormonaux. Ces bouleversements intérieurs peuvent prendre différentes formes et perturber non seulement la personne mais aussi son entourage, qu'il soit familial, professionnel, relationnel. Ce n'est plus une fatalité, une solution existe...

 

Les symptômes du SPM

 

Différents symptômes sont présents régulièrement dans la manifestation du syndrome prémenstruel. Classiquement on retrouve les changements d'humeur, les seins douloureux, une augmentation du stress, des baisses d'énergie, maux de tête et migraines, nausées, douleurs au ventre et j'en passe. Tous ces effets indésirables jouent un rôle considérable, pendant un laps de temps allant de quelques jours précédant les règles à plus d'une semaine, dans la vie quotidienne de nombreuses femmes.

 

 

Le chiffre varie suivant les sondages mais on admet que 70 à 80% des femmes seront concernées à un moment donné de leur vie. Ce chiffre important ne reflète pourtant pas la réalité puisque parmi ces femmes le SPM peut prendre une forme beaucoup plus forte et récurrente. Ces cas extrêmes ne trouvent pas d'échos et de réponses à leur maux dans la médecine classique et pharmaceutique actuelle.

 

Les recherches en la matière sont peu probantes. La difficulté réside notamment dans la multitude de processus que le corps met en place lors de la fabrication de l'ovule et la montée hormonale qui l'accompagne. Les solutions proposées sont souvent d'ordre médicamenteuses à base de progestérone ou d'hormones masculines pour en quelque sorte contrer les effets de la multiplication des hormones féminines. Ces prises de médicaments restent toutefois délicates et ne règlent en rien la cause du problème. Ces solutions peuvent effectivement réguler certains symptômes mais pas tous du fait de la complexité des inter-actions.

 

 

 

 

A ce stade on peut laisser libre cours à un tas de suppositions sur le pourquoi du comment, analyser tous les phénomènes entrant dans la manifestation du syndrome prémenstruel, lister l'ensemble des symptômes de façon exhaustive, classifier les profils les plus touchés, essayer de voir du côté héréditaire, s'employer à trouver divers artifices pour limiter ces effets indésirables mais cela peut être très long et n'est pas sûr d'aboutir sur quelque chose de concret.

 

 

Alors faut-il continuer à subir ce SPM sans pouvoir agir?

 

Pas nécessairement car le syndrome prémenstruel reste une fonction interne du corps de la femme et comme toute fonction organique il peut normalement être régulé. Le constat est d'ailleurs facile puisque si le SPM était ingérable toutes les femmes, soit 100% d'entre vous, seraient affectées par cette problématique et cela uniformément.

 

 

C'est donc bien une question de réaction interne qui pose souci. Car oui, le SPM est une réelle problématique féminine qui va jusqu'à  provoquer des déprimes passagères ou encore changer le rapport aux autres et au monde. Il est difficile de gérer cette période délicate d'autant quelle est passagère et peut se modifier, dans ses manifestations, d'un mois à l'autre.

 

Le premier conseil serait de se mettre à l'écoute de son corps. Pour le comprendre et essayer de savoir comment il fonctionne, la seule personne qui connaisse le mieux son corps c'est vous-même. Élémentaire!

Ensuite lister tous les changements, bons ou mauvais, qui se produisent durant la période du SPM, ceci ayant pour but de pointer les symptômes les plus courants et qui reviennent régulièrement.

Ainsi, armé de cette liste il est plus facile de commencer à agir sur certains symptômes comme l'augmentation du stress par exemple, que l'on arrivera à diminuer par une petite méditation quotidienne et qui permettra aussi d'agir sur les sautes d'humeurs.

 

Ces conseils vont servir surtout à gérer un peu mieux le quotidien pendant le SPM. Mais le syndrome prémenstruel sera toujours présent et la cause en place. Il est conseillé d'accompagner ces règles de vie par une alimentation saine et du sport. Les excitants ne sont pas les bienvenus, thé, café, alcool, de même que les plats trop sucrés et salés, l'heure est à la modération pour aider le corps à accepter ces changements d'états.

 

En complément un traitement de fond homéopathique ou de la phytothérapie peut apporter une aide précieuse tout comme des complémentaires alimentaires apportant de la vitamine B6 par exemple.

 

Pourquoi je vous parle de tout cela?

Parce qu'il existe une solution qui s'attaque à la cause plutôt qu'aux symptômes du syndrome prémenstruel.

 

Et oui mesdames une véritable avancée s'offre à vous!

 

Comme il est dit plus haut puisque que le SPM est lié à des fonctions organiques il peut être régulé. Pour réguler les fonctions internes du corps il faut lui apporter les bonnes informations.

 

Le principe: le SPM est en quelque sorte une sur-réaction du corps, provoquant diverses manifestations physiques, en réponse à une augmentation hormonale et à l'ovulation. Le corps n'aime pas les changements brutaux car il est conçu pour s'adapter à tout mais en douceur. Le cycle hormonal féminin, même s'il est mensuel et régulier reste, à l'échelle du corps, un changement trop rapide. Hors en informant le corps régulièrement ce dernier va pouvoir intégrer ses changements internes plus facilement, éliminant tout ou partie des sur-réactions habituelles.

 

La question primordiale est comment informer le corps?

 

Grace à la thérapie quantique énergétique informationnelle, votre nouvelle meilleure amie.

 

Des solutions, oui il en existe, mais des solutions intégratives très peu. C'est en modifiant l'approche vis à vis du SPM que l'on peut enfin envisager d'en stopper ou d'en abaisser les conséquences néfastes. Ré-informer le corps, l'harmoniser de l'intérieur, l'empêcher de sur-réagir est la mission que la thérapie quantique énergétique et informationnelle s'est donnée.

 

Pour vous donner quelques informations sur les tenants et aboutissants de la méthode partons du constat que le corps humain est constitué d'énergie. Sous forme de cellule et si l'on va plus loin d'atomes et de particules. Cette énergie n'est rien d'autre qu'un concentré d'informations. En dirigeant, par l'apport de la thérapie quantique, l'énergie informationnelle, dont le corps a besoin pour s'adapter à ces propres phénomènes organiques, on peut amener le corps à mieux accepter les changements. Ce faisant il n'a plus de raisons de sur-réagir, les symptômes du syndrome prémenstruel vont pouvoir diminuer voir disparaître définitivement.

 

Rien de miraculeux simplement une façon différente d'aborder le problème. L'information est essentielle à votre corps, il ne fonctionne que comme cela. Un choc, une douleur, par influx nerveux (de l'énergie) le cerveau est alerté et met en place un processus adéquat (information des cellules) pour aider l'endroit du corps où le choc a eu lieu. Avec la thérapie quantique énergétique informationnelle c'est exactement le même processus sauf que dans ce cas c'est l'ensemble du corps qui sera informé et ce, quotidiennement.

 

Vous souhaitez faire un test d'un mois et voir si cette nouvelle approche convient à vôtre corps

ou en savoir plus sur la thérapie énergétique informationnelle liée au SPM suivez le guide...

 

Laisser un commentaire